A la uneH24 TvPeople

Trois ans après la tragédie du stade Demba Diop : Un drame, 8 morts et zéro coupable !

0

Près de trois ans après le drame qui avait officiellement fait 8 morts et 477 blessés lors de la final de la coupe de la ligue entre l’Us Ouakam et le Stade de Mbour, Le 15 juillet 2017, les familles des victimes ont fait leur deuil. Mais la tragédie a laissé des séquelles. Accusés de plusieurs infractions, dont l’homocide involontaire, les 10 supporters ouakamois ont bénéficié D’une liberté provisoire. À ce jour, aucune personne n’a été condamne après la pire tragédie de l’histoire du football Sénégalais. Théâtre de la catastrophe et fermé au grand public depuis cette finale, Demba Diop peine aussi à se relever des décombres. Demba Diop noie son deuil dans les décombres Les séquelles du drame. Fermé au lendemain de la finale tragique de coupe de la ligue entre l’Us Ouakam et le Stade de Mbour, qui avait fait 8 mort en juillet 2017, le stade Demba Diop n’est plus que l’ombre de ce qu’il était encore il y a près de trois ans. En cet après-midi du lundi 17 février, un calme plat règne dans l’enceinte. Tout est fermé, seules les portes du stadium Marius Ndiaye sont ouvertes au publique. Ce qui contraste avec l’ambiance festive qui habitait quotidiennement ce lieu. A l’entrée principale, un gros bras veille à la sécurité et filtre les mouvements des visiteurs. Mais une fois à l’intérieur, le contraste est saisissant. Le décor est pitoyable. Théâtre de la tragédie, La Tribune découverte est dans un état de dégradation très avancée. Le pan du mur qui s’était affaissé lors de la bousculade est toujours en lambeaux. Mis en place pour le délimiter le lieu du drame pour les besoins de l’enquête, le périmètre de sécurité a aussi disparu, remplacé par des herbes folles qui ornent ce sinistre cadre.

Photo : Coumba Ngom Ndiaye, La Prof Cem Mame Thierno Birahim Mbacké, agressée Par Son Élève.

Previous article

Classement FIFA : le Sénégal toujours sur le toit de l’Afrique !

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in A la une